•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Où en est-on en matière de procréation assistée en C.-B.?

Panorama, ICI Première
Rattrapage du jeudi 12 mai 2022

Où en est-on en matière de procréation assistée en C.-B.?

Appels au financement de la fécondation in vitro

Une femme enceinte tient son ventre.
En Colombie-Britannique, une famille sur six a de la difficulté à procréer.PHOTO : getty images/istockphoto / YunYulia
Panorama, ICI Première
PanoramaPublié le 13 mai 2022

Le Parti libéral de la Colombie-Britannique demande au gouvernement provincial de financer une partie des traitements de fécondation in vitro. Cette option peut coûter des milliers de dollars et elle est souvent l'ultime chance pour les couples de concevoir un enfant biologique. Une proposition nécessaire qui tarde à s'implanter en C.-B. comme l'explique Farah Schroff, fondatrice en chef de l'organisme Santé maternelle et infantile Canada

« C’est seulement au Québec qu’on paie beaucoup plus. Mais le Manitoba, le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et l'Île-du-Prince-Édouard paient des coûts partiels. Donc ce serait en ligne avec les autres provinces. »

En Colombie-Britannique, une famille sur six a des problèmes de fertilité. Bien que le processus soit coûteux, la demande est réelle pour l’accès aux cliniques de procréation assistée. Un nouvel établissement a d’ailleurs ouvert ses portes à Victoria la semaine dernière pour répondre au besoin grandissant.

« Ces cliniques sont privées et ouvertes à tout le monde. Les meilleures cliniques sont celles qui se concentrent sur la santé complète du couple. Si le couple a besoin d’une meilleure alimentation, le sommeil, les sources de stress parce qu’on sait que le processus est très stressant, physique, moralement et financièrement », précise Farah Schroff.