•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le cri d'alarme du secteur événementiel

Panorama, ICI Première
Rattrapage du lundi 24 janvier 2022

Le cri d'alarme du secteur événementiel

Le cri d'alarme du secteur événementiel

Une salle de réception montée pour un mariage.
Les nouvelles restrictions sanitaires ont mené à des centaines d'annulation pour les compagnies d'évènementiel de la région.PHOTO : Radio-Canada / Anne-Andrée Daneau
Panorama, ICI Première
PanoramaPublié le 25 janvier 2022

Le 20 janvier dernier, la médecin hygiéniste en chef Bonnie Henry a assoupli quelques restrictions pour faire face à la pandémie de COVID-19, mais les rassemblements intérieurs organisés, comme les réceptions de bureau ou les célébrations de mariage, demeurent interdits jusqu'au 16 février. Une décision incomprise des organisateurs d'événements, comme Laurent Glasroth, directeur des opérations culinaires à Edge catering, qui se disent au bord du gouffre et craignent que l'industrie s'effondre.

« Les compagnies souffrent et on est plus au moins au bout de notre fil, on ne sait plus quoi faire et comment s’y prendre. Le gouvernement ne nous donne pas beaucoup de possibilités pour recommencer et aussitôt qu’on fait un pas en avant ou en fait trois en arrière et c’est difficile de continuer comme ça »

— Une citation de  Laurent Glasroth, directeur des opérations culinaires à Edge catering

Le gouvernement semble faire la sourde oreille à leurs demandes qui, selon M. Glasroth, sont précises et justifiées. Il croit que l’aide du gouvernement pourrait pourtant être simple.

« Plus ou moins comme les restaurants, nous donner un plan clair et logique. Déterminer un nombre selon la superficie de l’endroit, déterminer les restrictions à suivre pour assurer la sécurité des invités. Nous sommes prêts à faire n’importe quoi pour réouvrir »

— Une citation de  Laurent Glasroth, directeur des opérations culinaires à Edge catering

Les restrictions sanitaires sont en place jusqu’au 16 février, mais l’industrie craint qu’elles soient une fois de plus prolongées.