•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

150ième anniversaire de la naissance d'Emily Carr

Panorama, ICI Première
Rattrapage du vendredi 17 décembre 2021

150ième anniversaire de la naissance d'Emily Carr

Emily Carr : Le 150e anniversaire d’une artiste à contre-courant

Gros plan du visage d'Emily Carr.
Née en 1871, la peintre Emily Carr ne connaîtra la pleine reconnaissance de son travail qu'à l'âge de 57 ans.PHOTO : Capture d'image dans le reportage: Le temps de jouer, 30 mars 1981
Panorama, ICI Première
PanoramaPublié le 18 décembre 2021

Celle qui aura fait rayonner les paysages sauvages de la côte ouest, ses forêts, ses totems et la beauté grandiose de l'art autochtone, tant au Canada qu'à l'étranger, était une artiste avant-gardiste, aventurière et hors du temps. La réalisatrice Michèle Smolkin s'est intéressée à l'artiste dans son documentaire Vert ou Bleu? Un portrait d'Emily Carr.

Le 13 décembre dernier, l’artiste-peintre et écrivaine britanno-colombienne Emily Carr aurait célébré son 150e anniversaire de naissance. Par ses toiles et ses écrits, elle aura fait connaître au monde entier l’art totémique et les paysages de forêts la Colombie-Britannique.

Mais qui était Emily Carr et en quoi a-t-elle marqué le monde des arts d’hier et d’aujourd’hui? Avec Michèle Smolkin, nous explorons le parcours de cette figure mythique de la peinture canadienne de la première moitié du XXe siècle considérée comme l’une des artistes féminines majeures de son époque en Amérique du Nord et en Europe.

« Elle s’est intéressée très tôt à l’art des autochtones. Elle avait été confortée dans son idée que c’était un grand art, qui avait autant de valeur que les grands maîtres européens ou l’art traditionnel japonais, ou chinois ou romain. »

— Une citation de  Michèle Smolkin, réalisatrice du documentaire Vert ou Bleu? Un portrait d’Emily Carr

Aventurière et jeune femme hors de son temps, Emily Carr aura exploré le monde et son art, notamment à San Francisco, Londres et en France, faisant preuve d’une pensée indépendante.

Malgré une reconnaissance tardive puisqu’elle avait 50 ans lorsque sa notoriété s’affirme, Emily Carr reste l’une des plus grandes artistes féminines de l’histoire de l’art en Amérique du Nord, non seulement par ses toiles, mais également par ses écrits.

« Elle a publié Klee Wyc, un recueil qui lui a d’ailleurs valu le prix du Gouverneur général, où elle raconte des histoires sur les autochtones. À mon humble avis, Emily Carr tient tout autant sa place dans le paysage littéraire canadien que dans le paysage de la peinture canadienne. C’est une artiste et une auteure à part entière. »

— Une citation de  Michèle Smolkin, réalisatrice du documentaire Vert ou Bleu? Un portrait d’Emily Carr.