•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Comment la C.-B. est représentée au sein du nouveau cabinet Trudeau?

Panorama, ICI Première.
Rattrapage du mardi 26 octobre 2021

Comment la C.-B. est représentée au sein du nouveau cabinet Trudeau?

 Quel poids pour la Colombie-Britannique au sein du nouveau Cabinet Trudeau?

Justin Trudeau pose avec l'ensemble de son Conseil des ministres.
Le nouveau Cabinet du premier ministre Justin Trudeau.PHOTO : La Presse canadienne / Adrian Wyld
Panorama, ICI Première.
PanoramaPublié le 27 octobre 2021

Même si la Colombie-Britannique conserve le même nombre de représentants au sein du cabinet fédéral dont on a dévoilé la composition mardi matin, trois de ces ministres ont changé de portefeuilles. Nicolas Kenny, observateur de la scène politique et professeur d'histoire à l'Université Simon Fraser revient sur le poids de ces nominations pour la province.

« C’est le même poids que la Colombie-Britannique avait auparavant. C'est un statu quo, il n'y a rien qui change, ce qui était prévisible, car Monsieur Trudeau doit gérer les attentes de toutes les régions du pays, et faire de la place pour des élus dans des régions qui étaient peu ou pas représentées auparavant, notamment en Alberta. On ne doit pas s'étonner d’avoir gardé les mêmes ministres », explique Nicolas Kenny.

Ce sont les changements de portefeuilles pour trois des quatre ministres élus de la province qui retiennent davantage l’attention de l'analyste politique, notamment le départ de Harjit S. Sajjan de la défense nationale.

« Je pense qu’on peut parler d'une rétrogradation. Ce n'est pas du tout une surprise. Cela a été un parcours difficile pour Monsieur Sajjan à la tête de la défense nationale. Il garde sa place au Cabinet et ça, c’est peut-être une victoire », souligne Nicolas Kenny, qui insiste aussi sur la portée symbolique de la nomination d’une femme, Anita Anand, à ce ministère aux prises avec des scandales d’inconduites sexuelles.