•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Isabelle Ross, pêcheuse de crabe à Caraquet

On n'est pas sorti de l'auberge, ICI Première.
Audio fil du 23 décembre 2017

Entrevue avec Isabelle Ross, pêcheuse de crabe à Caraquet

Une rare pêcheuse dans un milieu d’hommes

Le port de Caraquet
Un bateau de pêche à Caraquet au Nouveau-BrunswickPHOTO : iStock / Vladone
On n'est pas sorti de l'auberge, ICI Première.
On n'est pas sorti de l'aubergePublié le 24 décembre 2017

Isabelle Ross pêche le crabe comme le faisait son père. Elle vient de Caraquet au Nouveau-Brunswick.

Le crabe que vous mangez pourrait bien venir de son bateau. Son père a été pêcheur pendant des lustres. Lorsque sa sœur a décidé de troquer son poste d'aide-pêcheuse à bord du crabier de son père pour de nouvelles avenues, Isabelle a décidé de tenter sa chance. Elle a eu le coup de foudre. Cette maman de deux petites filles prend maintenant la mer chaque printemps depuis 12 ans.

« Je voulais vivre dans les pays chauds, mais tout d’un coup, je me suis dit : « Pourquoi pas? » Je n’ai pas appelé mon père qui vit en Floride six mois par année, je l’ai texté. Sa réponse : « Tu es trop féminine pour ça », raconte-t-elle en entrevue.

Cette réponse ne l’a pas refroidie, au contraire. « J’ai essayé et ça fait 12 ans que je suis là ». Pourtant, c’est un métier difficile et dangereux. « Ça prend 12 heures pour se rendre sur notre lieu de pêche. En moyenne, on pêche de 15 h à minuit sans s'arrêter. Quand on fait ce métier-là, on ne peut pas s'arrêter, on pêche nos 174 casiers et après on va se coucher. L’an passé, on avait de gros quotas, on est sortis 14 fois. »