•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Josée di Stasio rédactrice en chef invitée du magazine Caribou

On n'est pas sorti de l'auberge, ICI Première.
Audio fil du 6 mai 2017

Josée di Stasio rédactrice en chef invitée du magazine Caribou

Josée di Stasio découvre des secrets du Montréal culinaire

La page de la rédactrice en chef invitée de la revue culinaire « Caribou ». Josée di Stasio avec son mot et sa photo à gauche
La page de la rédactrice en chef invitée de la revue culinaire « Caribou ». Josée di StasioPHOTO : Radio-Canada / Cécile Gladel
On n'est pas sorti de l'auberge, ICI Première.
On n'est pas sorti de l'aubergePublié le 7 mai 2017

Josée di Stasio a été très surprise de découvrir que le Montréal souterrain regroupe 63 édifices, que l'on peut y boire un bon café ou encore manger un hamburger de canard au métro Peel, par exemple. L'animatrice a beaucoup appris sur Montréal en étant la rédactrice en chef invitée du magazine de culture culinaire Caribou (Nouvelle fenêtre), qui consacre un numéro à la métropole pour le 375e anniversaire de celle-ci.

« J’ai été surprise par beaucoup de choses, mais il y a aussi des choses que je connaissais. [J’ai découvert] la petite histoire qui les accompagne, qu’il s’agisse du Santropol ou de la raison pour laquelle on a des ruelles », souligne Josée di Stasio. Dans ce numéro consacré à Montréal, on retrouve aussi un mot d’Alexandre Taillefer, qui dit : « Il est temps de reconnaître ce patrimoine culinaire unique en le déclarant “bien culturel” . Comme l’art visuel, le théâtre ou la musique, notre gastronomie nourrit notre âme et celle de Montréal. La cuisine est culture. »

L’influence de Josée di Stasio sur l’alimentation
Josée di Stasio anime depuis 15 ans l’émission À la di Stasio sur les ondes de Télé-Québec (Nouvelle fenêtre). Elle est de retour à la télévision après une pause de deux ans à cause d’un cancer du sein dont elle est maintenant guérie. Durant ces 15 années, elle a influencé de nombreuses personnes qui se sont intéressées à l’alimentation. Elle assume cette influence et la porte humblement : « Je ne le porte pas sur mes épaules, car cela faisait partie d’un mouvement selon moi. [...] Je suis arrivée à un moment où il y avait une espèce d’énergie, de synergie. [...] Ce qui me touche beaucoup, c’est de voir que les gens adoptent mes recettes et qu’elles deviennent leurs recettes. »

Écoutez l'entrevue avec Éric Giroux de l'écomusée du fier monde sur l'exposition Nourrir le quartier, nourrir la ville qui retrace 200 ans d'alimentation à Montréal.