•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique de Geneviève Pettersen : L'influence du Saguenay sur son alimentation

On n'est pas sorti de l'auberge, ICI Première.
Audio fil du 7 octobre 2017

Chronique de Geneviève Pettersen : L'influence du Saguenay sur son alimentation

Les traditions alimentaires du Saguenay et le spaghetti tunisien

Geneviève Pettersen parle du Saguenay à On n'est pas sorti de l'auberge
Geneviève Pettersen à On n'est pas sorti de l'aubergePHOTO : Radio-Canada / Cécile Gladel
On n'est pas sorti de l'auberge, ICI Première.
On n'est pas sorti de l'aubergePublié le 7 octobre 2017

Originaire du Saguenay, Geneviève Pettersen s'est demandé comment sa région natale avait influencé son alimentation. Elle explique avoir grandi en mangeant de la soupe aux gourganes, de la soupe aux pois, du bouilli de légumes, du jambon à la bière et des pattes de porc aux nouilles longues. Des repas parfaits pour les travailleurs manuels, mais qui ne correspondent plus à notre style de vie moderne. Un autre plat l'a marquée : le spaghetti tunisien, qu'elle a découvert chez un ami, à l'adolescence.

Qu'est-ce que le spaghetti tunisien? Dans une casserole, on fait chauffer de l'huile d'olive, beaucoup d'ail, de la sauce harissa et de la pâte de tomate. On ajoute des spaghettis cuits, puis on y incorpore des tomates, des champignons, des oignons verts et du fromage Jarlsberg (norvégien) râpé. On y ajoute parfois des saucisses merguez.

D'après les recherches de Geneviève, la tradition du spaghetti tunisien viendrait du chef du restaurant La Bougresse. Une recette qui s'inspire vraiment de celle d'un plat de pâtes tunisien.

Geneviève Pettersen lance un appel à tous aux auditeurs saguenéens qui en sauraient davantage sur ce spaghetti tunisien. Écrivez-nous si c'est le cas!