•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

On dira ce qu'on voudra, ICI Première.
On dira ce qu'on voudra, ICI Première.
Audio fil du mercredi 19 octobre 2016

Wonder Woman ambassadrice à l'ONU : Analyse de Valérie Duhaime

Wonder Woman nommée ambassadrice honoraire par l'ONU

Publié le 20 octobre 2016
Détail de la couverture du livre The secret history of Wonder Woman.
Détail de la couverture du livre The secret history of Wonder Woman.PHOTO : Knopf

Les Nations unies ont choisi la superhéroïne Wonder Woman pour défendre la cause de l'émancipation des femmes à travers le monde, mais cette décision ne fait pas l'unanimité. Selon Valérie Duhaime, si cette nomination est une excellente manière d'attirer l'attention des médias, le choix d'un personnage fictif est quant à lui discutable.

La chroniqueuse a dressé la liste du pour et du contre.

Pourquoi serait-elle un excellent choix?

  • C'est une excellente manière d'attirer l'attention des médias sur ce poste. « Êtes-vous capable de nommer qui a occupé des postes semblables dans les dernières années? » 
  • Son sens de l'esthétique est assez fort. « A-t-on déjà pu se déguiser en ambassadrice de l'ONU pour l’Halloween? Ça fait changement des habits ennuyeux d'Hillary Clinton. » 
  • Un bon modèle pour la communauté LGBT, elle serait queer, selon les auteurs de DC Comics. « C’est ce qu'a affirmé dernièrement un auteur de DC Comics, Greg Rucka, en raison de toutes les relations qu’elle a eues avec des femmes dans les livres. » 

Pourquoi serait-elle un mauvais choix?

  • Un personnage fictif au détriment d'une vraie femme. « Si l’ONU considère qu’une année complète sur cet enjeu est nécessaire, pourquoi pas une vraie personne pour en être la porte-parole? » 
  • L’émancipation des femmes : une question qui nécessite des capacités surhumaines? « Ça sonne un peu comme si c’était une fable de penser qu’une personne pouvait vraiment agir pour améliorer les relations entre les sexes. »