•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

On dira ce qu'on voudra, ICI Première.
On dira ce qu'on voudra, ICI Première.
Audio fil du mercredi 30 août 2017

Chronique En français SVP avec Audrey PM : Le terme gaslighting

En français SVP : remplacer le terme « gaslighting » par « décervelage »

Publié le 21 septembre 2017
Une illustration de la main d'un marionnettiste, qui tient des cordes pour contrôler.
Le «gaslighting» ou le décervelage est comme une méthode de manipulation et d'abus de pouvoir. PHOTO : iStock

Le gaslighting est une forme d'abus et de manipulation qui sert à faire douter la victime de sa mémoire, de sa perception de la réalité et de sa santé mentale, explique Audrey PM. La traductrice a décortiqué la signification et l'histoire de cette expression anglophone pour en venir à la conclusion qu'on devrait traduire « gaslighting  » par le terme général « décervelage », qui englobe tous les types de manipulation.

Genèse de l’expression
Le terme « gaslighting » vient du film Gaslight, qui date de 1944, dans lequel on raconte l’histoire d’un homme (Charles Boyer) qui manipule sa femme (Ingrid Bergman) afin de lui faire croire qu’elle perd la raison et ainsi lui voler des bijoux précieux dont elle a hérité. Dans ce film, les lumières au gaz baissent d’intensité dans toute la maison chaque fois que le mari allume les lampes du grenier à la recherche des bijoux. Bien sûr, la femme se rend compte de la fluctuation, alors que le mari nie tout.

Avec le temps, le terme est apparu dans la littérature spécialisée sur l’abus mental. En français, le titre du film a été traduit par Hantise, qui décrit peut-être plus l’état créé par le gaslighting que l’action en soi.

Autres propositions
Jean-Charles Bouchoux, dans son livre Les pervers narcissiques, utilise l’expression « détournement de circonstances » et l’Office québécois de la langue française (OQLF) propose d’employer le terme « détournement cognitif ».