•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les hippopotames d'Escobar, un conte de Guillaume Corbeil

Un gardien de zoo tend la main vers la gueule ouverte d'un hippopotame.
Dans les années 1980, Pablo Escobar a importé quatre hippopotames d'Afrique, qui finiront par se reproduire et devenir une espèce problématique en Colombie. PHOTO : afp via getty images / RAUL ARBOLEDA
On dira ce qu'on voudra, ICI Première.
On dira ce qu'on voudraPublié le 27 janvier 2021

Parmi les nombreuses lubies de Pablo Escobar, celle d'avoir importé des hippopotames pour peupler son zoo privé en est une assez loufoque. Après la mort du célèbre narcotrafiquant, en 1993, ses immenses pachydermes ont été relâchés en pleine nature, provoquant une panique générale qui s'en ressent encore aujourd'hui. L'auteur à l'imagination fertile Guillaume Corbeil a concocté un conte qui s'inspire de cette histoire complètement escobardesque.

Un segment du texte de Guillaume Corbeil :

Quand Mononcle Pablo est mort,
des zoos de partout dans le monde ont adopté ses tigres,
ses éléphants
et ses pandas.

Mais personne voulait de ses quatre hippopotames.
Leur enclos était plein de mauvaises herbes,
ils allaient mourir de faim.
Je pouvais les entendre pleurer jusque chez moi.

Une nuit,
j’ai ouvert leur cage et je les ai guidés à travers la forêt,
jusqu’à la rivière Magdalena.
Les étoiles se reflétaient à la surface
et quand les hippopotames ont glissé dans l’eau,
c’était comme si je les voyais voler dans l’espace.

J’ai agité la main en chuchotant :
- Je vous aime.