•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'internet parallèle des basanés : Explications de Nabi-Alexandre Chartier

On dira ce qu'on voudra, ICI Première.
Audio fil du vendredi 4 novembre 2016

L'internet parallèle des basanés : Explications de Nabi-Alexandre Chartier

L’Internet brun : reflet des dynamiques raciales actuelles

Richardson Zéphir est un des emblèmes de l'Internet brun.
Richardson Zéphir est un des emblèmes de l'Internet brun. PHOTO : Radio-Canada / Christian Côté
On dira ce qu'on voudra, ICI Première.
On dira ce qu'on voudraPublié le 5 novembre 2016

Quand on mélange plusieurs couleurs de gouache, ça donne du brun et c'est exactement ce qu'est l'Internet brun. Un web parallèle pour et par les personnes dont la couleur de la peau n'est pas blanche et qui a ses propres codes et célébrités. Nabi-Alexandre Chartier a exploré les recoins de cet espace inclusif.

« Il faut faire un effort pour y avoir un accès, souligne le chroniqueur. Cherchez le nom de vedettes afro-américaines dans YouTube. Vous verrez que toutes les suggestions qu’on vous proposera seront d’autres humoristes ou vedettes noires. » Finalement, le phénomène est plutôt dû au manque de vases communicants entre les communautés, qui vivent en parallèle, sur le web comme dans la vie, comprend-on.

Cependant, on prend conscience des communautés noires lorsque des mouvements et des mots-clics comme #blacklivesmatter ou #thankyouevent transcendent les séparations.

L’Américaine Simone Sheperd (Nouvelle fenêtre), la Française Mademoiselle Gloria (Nouvelle fenêtre) ou le Québécois Richardson Zéphir (Nouvelle fenêtre) sont tous emblématiques de cet Internet brun que tous gagneraient à connaître.