•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Comment s'explique l’hypersensibilité à la lumière à la suite d'une commotion cérébrale?

Une fillette se tient la tête avec le cerveau entre les mains. Concept de mal de tête, de migraine.
Les statistiques actuelles sur les commotions cérébrales sont probablement grandement sous-estimées.PHOTO : iStock
Publié le 15 novembre 2023

La lumière et le bruit peuvent paraître insupportables après qu'on a reçu un choc à la tête. Ce sont des symptômes fréquents à la suite d'une commotion cérébrale, comme l'indique l'optométriste Vanessa Bachir, professeure à l'École d'optométrie de l'Université de Montréal. Qu'est-ce qui explique cette intolérance à la lumière forte et au son que beaucoup de gens atteints d'un traumatisme craniocérébral développent? Dans quels cas ces symptômes deviennent-ils chroniques, et comment se fait-il que même les personnes aveugles puissent ressentir une sensibilité à la lumière après une commotion cérébrale?

« Plus de 50 % des zones de notre cerveau sont impliquées dans le traitement de l’information visuelle. »

— Une citation de  Vanessa Bachir, professeure à l'École d'optométrie de l'Université de Montréal

Vanessa Bachir précise pourquoi même un petit choc peut causer des dommages à long terme. Elle indique également que les hommes et les femmes ont des prédispositions différentes quant aux séquelles d'une commotion cérébrale.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser