•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Rattrapage du 24 mars 2021 : Culture d’avocats, toilettes publiques, et teintures naturelles

Est-ce qu’on pourrait remplacer les teintures textiles chimiques?

Industrie textile : vers l’utilisation de teintures naturelles à grande échelle?

Publié le 25 mars 2021
Des t-shirts de couleurs différentes sont accrochés à un support à l'aide de cintres en bois.
Chaque année, environ 140 000 tonnes de colorants sont rejetées dans le monde lors des étapes de fabrication et coloration des tissus. Ces rejets engendrent une pollution des eaux de surface et des nappes phréatiques.PHOTO : iStock

« C'est ce qu'on recherche », dit Vanessa Mardirossian, designer de mode et chargée de cours à l'École supérieure de mode de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), en parlant de son souhait de voir les teintures naturelles être davantage utilisées au cours des prochaines années dans les industries de la mode et du textile. En compagnie d'une équipe de chercheurs multidisciplinaires, elle planche sur la conception de nouveaux matériaux « plus écologiques » que les teintures chimiques ou synthétiques, utilisées depuis environ 150 ans dans l'industrie du vêtement.

« Travailler en collaboration avec des scientifiques, ça permet justement de s’assurer de l'innocuité des produits, et dans mon travail, en particulier dans ma recherche, je mets l'emphase sur l'écolittératie du textile : c’est vraiment d'avoir une connaissance écologique des matériaux qu’on va utiliser en amont, et être conscient aussi de l’impact qu’ils peuvent avoir. »

—  Vanessa Mardirossian, designer de mode et chargée de cours à l'École supérieure de mode de l'UQAM