•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Rattrapage du 8 mars 2021 : Le parcours inspirant de la scientifique Farah Alibay

Grande entrevue avec Farah Alibay, ingénieure canadienne en aérospatiale

L'inspirant parcours de Farah Alibay, une femme qui a pris sa place

Publié le 9 mars 2021
Farah Alibay sourit au moment de se faire prendre en photo devant le robot Perseverance.
Farah Alibay pose devant le robot Perseverance, qu'elle pilote à distance depuis la Terre depuis quelques semaines.PHOTO : Courtoisie/Farah Alibay

« En partageant mon histoire, [...] je veux montrer qu'une fille d'immigrants de Joliette peut se retrouver à la NASA. On peut se retrouver où on veut. Il faut prendre votre place et montrer aux autres que vous aussi, vous allez être capable de vous rendre là si vous essayez, si vous travaillez fort. » Tel est le message de Farah Alibay, ingénieure en aérospatiale à l'Agence spatiale américaine (NASA). Celle qui commande depuis la Terre le robot Perseverance, qui s'est posé sur Mars le 18 février, croit que les jeunes filles devraient être davantage encouragées dans nos sociétés à envisager le métier d'ingénieure. « Ce n'est pas juste pour les hommes », tranche-t-elle.

Farah Alibay raconte s’être butée à certains stéréotypes pendant ses études en Grande-Bretagne, alors qu’elle manifestait déjà le souhait, à l’adolescence, de choisir la voie de l'ingénierie spatiale comme métier d’avenir. Elle se souvient même de s’être fait dire par une professeure : « Ingénieur, c'est un métier d’homme. Tu vas te retrouver avec bien des hommes. Est-ce que tu es sûre que tu veux faire ça? »

« C’est rare qu’on dise aux jeunes filles : "Tu devrais être ingénieure". [...] Je pense qu'on le fait de plus en plus, mais quand j’étais jeune, on me disait : "Ah oui, tu es bonne. Tu devais être pédiatre ou docteure". »

—  Farah Alibay, ingénieure en aérospatiale à la NASA

N’écoutant que son cœur et sa détermination, Farah Alibay a décidé de prendre sa place. Aujourd’hui, elle fait partie de 30 % des femmes qui travaillent à la NASA. L’ingénieure de 32 ans se fait une grande défenderesse de l’apport des femmes et des minorités dans le monde scientifique.

« Croire dans les femmes et croire dans l’expérience des minorités et les aider, c'est ça qui va permettre d'augmenter la diversité dans nos domaines. On a encore du chemin à faire. De la discrimination, j’en vois encore tous les jours, mais ça s’améliore, et ça, ça me donne de l’espoir. »

—  Farah Alibay, ingénieure en aérospatiale à la NASA