•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.

Mines et protection de la nappe phréatique : une industrie plus soucieuse que par le passé

Publié le 12 janvier 2021
Une photo aérienne est prise de la fosse à ciel ouvert de la mine Canadian Malartic
Une quarantaine de mines sont en activité au Québec, dont celle de Malartic.PHOTO : Canadian Malartic/Mathieu Dupuis

« Pour les nouvelles mines et les mines qui sont en activité actuellement, le risque de contamination de la nappe phréatique ou des cours d'eau est beaucoup plus faible [qu'il y a une soixantaine d'années], parce qu'il y a une surveillance accrue à cause de la réglementation en vigueur de nos jours », dit Gérald Zagury, professeur titulaire au Département des génies civil, géologique et des mines à Polytechnique Montréal. Bien qu'il s'agisse d'une industrie où les risques de contamination ne peuvent être complètement écartés, M. Zagury souligne qu'il y a tout de même eu des progrès au cours des 30 dernières années au pays en ce qui a trait à la protection de l'environnement.