•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Comment mieux contrôler la place des écrans dans la vie de nos enfants?

Moteur de recherche, ICI Première.

Le sevrage d’écran, ou comment donner une pause au cerveau d'un enfant

Trois jeunes enfants assis sur un divan regardent l'écran d'un ordinateur portable.
La sevrage d'écran permet au cerveau des enfants d'avoir un peu de repos pour ensuite être plus apte à fournir un effort soutenu. PHOTO : Getty Images / Ute Grabowsky
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherchePublié le 1 octobre 2020

Priver son enfant d'écran pendant un mois peut paraître draconien, mais c'est tout de même ce que préconise la professeure titulaire à l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal Linda Pagani. Elle note que le débranchement donne une pause au cerveau des enfants, ce qui leur permet ensuite de mieux faire face aux efforts intellectuels soutenus.

L’idée d’un sevrage complet d’écran de quatre semaines a été soulevée dans le livre Enfants difficiles, la faute aux écrans ? Les bienfaits du sevrage électronique de la psychiatre Victoria Dunckley, dont la professeure Pagani signe la préface. La mesure peut avoir l'air excessive, mais il faut y aller progressivement, souligne la spécialiste.

C’est presque une intervention, mais ce n’est pas une intervention : c’est quelque chose de naturel dans la vie de la famille, explique Linda Pagani. Les enfants vont être tranquillement introduits à l’idée de lâcher leurs écrans pour un mois.

« L’enfant doit comprendre toute la dynamique d’être trop accro et ses effets. »

— Une citation de  Linda Pagani, professeure titulaire à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal