•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.

Oui, c'est possible de bien vivre même si on n’a jamais été sur les réseaux sociaux

Publié le 26 février 2020
Des icone représentant différentes applications de réseaux sociaux sont affichées sur l'écran d'un téléphone intelligent.
Il est possible de vivre normalement sans les réseaux sociaux, comme l'apprend ce mois-ci Matthieu Dugal.PHOTO : AFP/Getty Images / Chandan Khanna

« Je n'ai pas l'impression de passer à côté de quelque chose dans ma vie », dit Lyson Bujold, employée de la fonction publique fédérale, en parlant de son quotidien qu'elle vit sans réseaux sociaux depuis toujours. Le son de cloche est le même du côté d'Hélène Parent, étudiante en éducation à l'Université du Québec à Montréal. « Je n'ai jamais rien manqué à cause du fait que je ne suis pas sur les réseaux sociaux », affirme-t-elle. Les deux femmes expliquent qu'il est possible, pour ne pas dire normal, de vivre une vie épanouie sans fréquenter les Facebook, Instagram et Twitter de ce monde.

Bien entendu, Lyson Bujold, 46 ans, et Hélène Parent, 39 ans, utilisent l’ordinateur pour, par exemple, faire des recherches sur Google ou encore aller voir les prévisions météorologiques. Les deux femmes n’ont cependant pas succombé à la tentation des réseaux sociaux et elles n’y succomberont probablement jamais. Et elles vivent très bien avec cette réalité.

Lyson Bujold, dont le mari est aussi déconnecté depuis toujours, refuse d’avoir un téléphone cellulaire « greffé sur elle tout le temps », d’être « toujours dans l’attente de quelque chose » et surtout « d’être joignable partout ».

« Moi, je n’ai pas envie qu’on me joigne quand je fais mon épicerie », dit Lyson Bujold, qui demeure convaincue que les réseaux sociaux ne lui apporteraient aucune plus-value dans sa vie de tous les jours.