•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Vivre sur un bateau à l’année au Canada, oui, c’est possible

Trois maisons habitables se trouvent dans une marina, ainsi que des bateaux et des voiliers.
Des bateaux habitables à la marina de Coal Harbour à VancouverPHOTO : Getty Images / Julia Dorian
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherchePublié le 26 août 2022

Evelyne Charuest et Stéphane Garneau discutent des bateaux habitables, un genre d'habitation qui peut être une solution en raison de l'inflation et des coûts élevés de l'immobilier.

Selon Evelyne Charuest, ce phénomène est marginal et peu de statistiques le décrivant sont disponibles. En Ontario, le réseau des personnes qui habitent sur un bateau est un peu plus organisé qu'ailleurs au pays, et près de 150 à 200 familles vivent dans la marina de Toronto. Quel est l’avantage de ce mode d’habitation? Le loyer est moins cher, car les frais mensuels sont plus bas que ceux d’un condo. Cependant, l’espace habitable est moindre que celui d’un appartement ou d’une maison. « Le poids est important également pour l’équilibre de la flottaison », affirme Evelyne Charuest. Ainsi, il faut se départir de biens moins utiles à la vie quotidienne pour vivre sur un bateau.

Stéphane Garneau s’est intéressé aux tensions présentes entre résidents et boaters, les personnes qui habitent sur un bateau. À Londres, les boaters s’installent sur Regent’s Canal, une oasis au cœur de la capitale britannique. « C’est le décor, le théâtre d’une bataille entre les citoyens qui ont moins d’argent et des citoyens plus aisés qui prend de l’ampleur en ce moment et qui est une autre illustration de la crise du logement dans une grande ville comme Londres », explique Stéphane Garneau.

Enfin, nos deux chroniqueurs comparent la vie sur un bateau à l’année dans un climat chaud et la réalité québécoise.