•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.

Ce n’est pas l’âge qui tue ou affaiblit un arbre, mais sa taille

Publié le 20 octobre 2020
Un immense arbre déploie ses nombreuses branches.
Un arbre est capable, en théorie, de renaître continuellement à partir d’un bout de branche ou de racine.PHOTO : iStock

« Oui, les arbres meurent de leur belle mort [...], mais ce n'est pas par vieillesse, parce que leurs cellules ne vieillissent pas. En fait, les arbres meurent par la perte graduelle de leur vigueur au fur et à mesure qu'ils augmentent en taille », affirme Christian Messier, professeur d'écologie forestière à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et à l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Celui-ci explique que les arbres, rendus à un certain stade de leur croissance, ne produisent pas assez de sucre par photosynthèse pour se maintenir en vie. « Ce qui tue un arbre naturellement, c'est son incapacité à arrêter de croître, pas son âge avancé! »

« Les arbres ne meurent pas de vieillesse, mais de "grandesse"! »

—  Christian Messier, professeur d'écologie forestière à l'UQAM et à l'OQU