•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Rattrapage du 20 janv. 2020 : Poupées réalistes, feux de forêt et essuie-tout

Pourrions-nous voir ici des feux de forêt comme ceux en Australie?

Feux de forêt : le scénario australien pourrait se produire au Québec

Publié le 21 janvier 2020
Des pompiers font face à un brasier qui enflamme la forêt, dans la nuit.
La popularité au Québec des chalets en terrain coniférien expose les propriétaires à des risques d'incendie de forêt dans le futur.PHOTO : Getty Images / Darrian Traynor

Il ne serait pas étonnant, dans les années à venir, d'assister au Québec à un scénario semblable à celui qui s'est produit ces dernières semaines en Australie. C'est du moins ce qu'affirme Christian Messier, professeur d'écologie forestière à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et à l'Université du Québec en Outaouais (UQO). « Les Laurentides, c'est très peuplé et il y a du monde partout. C'est quand même assez coniférien, et les conifères, ça brûle bien. Avec les changements climatiques, il s'agirait d'avoir un été très sec, et on pourrait avoir des feux de forêt partout dans les Laurentides. »

Selon Christian Messier, les personnes qui possèdent un chalet au Québec, spécialement celles du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de l'Abitibi-Témiscamingue et des Laurentides, devraient porter une attention particulière aux arbres qui entourent leur résidence secondaire. Le fait d’habiter un endroit où la proportion de conifères est élevée augmente considérablement le risque de feux de forêt.

« Si vous avez un chalet, regardez autour de vous : si vous voyez des pins blancs, rouges ou gris, ça veut dire que ç’a déjà brûlé, et que ça va revenir, que ça va brûler encore. […] Avec les changements climatiques, ça va devenir de plus en plus sec. On va avoir des étés très secs, et là, ça va brûler probablement beaucoup plus. »

—  Christian Messier, professeur d'écologie forestière à l'UQAM et à l'UQO