•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Que vais-je faire plus tard si je ne connais pas les métiers du futur?

Moteur de recherche, ICI Première.
Rattrapage du 14 nov. 2019 : Airbnb, jeux vidéo et métiers du futur

Que vais-je faire plus tard si je ne connais pas les métiers du futur?

Jeunes et choix de carrière : une décision importante, mais à relativiser

Un jeune arrive à un carrefour.
Selon un sondage de Dell Technologie mené l’an dernier, 94 % des jeunes disent s'inquiéter de leur entrée prochaine sur le marché du travail.PHOTO : iStock
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherchePublié le 15 novembre 2019

« On a souvent l'impression qu'il faut choisir la chose qui va nous allumer pour toute une vie, pour le meilleur et pour le pire, alors qu'on le sait, la vie professionnelle, c'est rarement une belle grande ligne droite. Au contraire! », affirme Noémie Larouche, rédactrice en chef du magazine jeunesse Curium, en évoquant la pression exercée sur les jeunes du secondaire pour leur choix de carrière. En ces jours où les cégeps ouvrent leurs portes pour inviter des milliers d'ados à choisir un programme collégial, Noémie Larouche tient à relativiser l'importance de cette décision.

« Oui, on choisit un domaine d’études, mais en chemin, on se découvre d’autres intérêts, on rencontre des gens qui nous ouvrent d’autres avenues, et qui vont nous amener ailleurs. Et ça, c’est important de le dire et de le rappeler si on a 16 ans et qu’on angoisse », affirme Noémie Larouche.

« C’est un premier choix de carrière, pas un contrat signé pour l’éternité. »

—  Noémie Larouche, rédactrice en chef du magazine jeunesse Curium

Données de Statistiques Canada à l’appui, la rédactrice en chef du magazine Curium souligne que 90 % des Canadiennes et Canadiens changent d’aspiration professionnelle entre l’âge de 15 et 25 ans.

En ce sens, la pression exercée sur les jeunes pour les pousser à rapidement faire leur choix n'a plus sa place, selon Noémie Larouche.