•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Audio fil du lundi 28 octobre 2019

Les inséparables le sont-ils vraiment?

Oui, c'est possible d’avoir un seul perroquet inséparable

Publié le 29 octobre 2019
Deux inséparables se posent sur une branche.
Beaucoup d'inséparables peuvent vivre seuls avec leur maître sans démontrer aucun signe de maladie physique ou mentale.PHOTO : iStock

La croyance populaire selon laquelle il est impossible de garder un seul inséparable à la maison et le mythe voulant qu'un tel oiseau se laisse mourir lorsque son congénère meurt sont faux. Voilà ce qu'affirme le vétérinaire Jean Gauvin. S'il est possible de n'avoir qu'un seul inséparable, il faut cependant que les propriétaires de ce type d'oiseau prodiguent une très grande attention à leur animal de compagnie afin d'éviter certains problèmes de comportement.

« Il faut être présent. Un oiseau, ce n’est pas un bibelot. Il a besoin de notre présence. Il faut jouer avec cet animal-là comme on jouerait avec notre chien ou notre chat, mais aussi, il faut enrichir son environnement. Il faut qu’on ait des cachettes, il faut cacher la nourriture. […] Il faut lui montrer à jouer, c’est vraiment important », explique Jean Gauvin.

Le vétérinaire souligne que les inséparables sont des animaux grégaires. Voilà pourquoi il est important d’interagir avec eux. Si un propriétaire limite les contacts avec son oiseau, celui-ci pourrait s’adonner au picage, un trouble comportemental obsessionnel et destructeur, fréquent chez les oiseaux maintenus en captivité, qui consiste en une mutilation des plumes.

« Idéalement, on devrait toujours essayer de recréer l’environnement naturel des oiseaux. Donc, théoriquement, on devrait donner la possibilité aux inséparables de vivre avec plusieurs autres congénères dans de très grandes cages, voire des volières. »

—  Jean Gauvin, vétérinaire