•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche

Rattrapage du vendredi 12 nov. 2021 :  Le réseau social préféré des criminels, et le CO2 du bois brûlé

Résumé

La Dre Edith St-Jean-Trudel répond au questionnaire de Moteur de recherche; la chroniqueuse Gabrielle Anctil nous révèle quel est le réseau social préféré des criminels; l'autrice Dominique Leclerc présente la pièce de théâtre i/O sur les enjeux soulevés par le transhumanisme et l'importance grandissante des technologies; l'étudiant au doctorat Yannick Gaudette présente ses recherches sur l'expérience des personnes trans et non binaires relativement à l'accès et à l'utilisation des services en santé mentale au Québec; et Guillaume Rivest explique la différence dans la production de CO2 entre le bois brûlé et le bois décomposé au sol.

  • 19 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Matthieu Dugal et son équipe

  • 19 heures 13 minutes

    Le Questionnaire Moteur de recherche avec Edith St-Jean Trudel

  • 19 heures 24 minutes

    Quel est le réseau social préféré des criminels?

    Une personne avec un téléphone cellulaire dans ses mains.

    Des criminels épinglés grâce à une application mobile

    Quel est le réseau social préféré des criminels? C'est la question à laquelle notre collaboratrice Gabrielle Anctil répond en présentant l'histoire rocambolesque d'Hakan Ayik, un criminel populaire sur les médias sociaux, et son rôle déterminant dans la popularisation d'une application mobile nommée ANOM.
  • 19 heures 31 minutes

    En réponse à la collecte de mes données puis-je léguer une autre archive de moi?

  • 19 heures 43 minutes

    L'accès aux services en santé mentale pour les personnes trans/non-binaire

    Une main avec le drapeau de la fierté transgenre peinturé sur la paume.

    Santé mentale : Accès aux soins difficile pour les personnes trans et non binaires

    « Ce que j'ai constaté, c'est que de la part de certains professionnels, bien que la majorité était bien intentionnée, il y avait tout de même des discours et des pratiques transphobes », affirme Yannick Gaudette, étudiant au doctorat en travail social à l'Université du Québec à Montréal. C'est pourquoi il a décidé de concentrer son projet de maîtrise sur les personnes trans et non binaires qui utilisent les services en santé mentale pour ainsi mieux réfléchir aux pratiques d'interventions.
  • 19 heures 49 minutes

    Est-ce qu'un arbre brûlé émet plus de CO2 qu'un arbre qui se décompose?

  • 19 heures 58 minutes

    Les onglets de nos collaborateurs et collaboratrices, et le mot de la fin