•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche

Rattrapage du 17 sept. 2020 : Mort et COVID-19, cinéma, et smoothies

Résumé

Notre duo spécialisé en consommation, composé de Véronick Raymond et Stéphane Garneau, nous dit si le cinéma peut avoir des effets thérapeutiques; le nutritionniste Bernard Lavallée se demande si les smoothies sont plus ou moins bons pour la santé que les simples jus; le journaliste Philippe Marois répond à de nombreuses questions du public au sujet des cheveux; et Annie Saint-Pierre, directrice générale de la Corporation des thanatologues du Québec, explique la façon dont on dispose les corps de celles et ceux qui meurent des suites de la COVID-19.

  • 19 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Matthieu Dugal et ses collaborateurs

  • 19 heures 12 minutes

    Le cinéma peut-il avoir des effets thérapeutiques?

    Une fillette prend plaisir à regarder un film au cinéma.

    Quand la recherche s'intéresse aux vertus thérapeutiques du cinéma

    L'effet du septième art sur le bien-être physique et psychologique des cinéphiles fait l'objet de nombreuses études depuis quelques années. Entre autres, une équipe du Laboratoire CinéMédias de l'Université de Montréal cherche à mesurer les vertus thérapeutiques du cinéma et de certains extraits audiovisuels auprès d'enfants et de personnes âgées. Notre duo spécialisé dans les enjeux de société et de consommation, composé de Véronick Raymond et Stéphane Garneau, s'est penché sur la question.
  • 19 heures 37 minutes

    Toutes les réponses sur les cheveux

  • 19 heures 38 minutes

    Comment dispose-t-on des corps des gens morts de la COVID-19?

    Des gens touchent un cercueil lors de funérailles.

    Le Québec, seule province où l’embaumement d’une victime de la COVID-19 est interdit

    « Présentement, au Québec, pour des raisons qu'on tente encore de comprendre, la thanatopraxie – donc l'embaumement – n'est pas permise sur le corps d'une personne [décédée après avoir été] atteinte de la COVID-19 », affirme Annie Saint-Pierre, directrice générale de la Corporation des thanatologues du Québec. Celle-ci souligne que la Belle Province fait bande à part comparativement aux autres provinces du Canada, où l'embaumement est autorisé. Elle déplore une telle situation, qui a touché jusqu'ici de nombreuses familles endeuillées.
  • 19 heures 48 minutes

    Les smoothies sont-ils plus ou moins bons pour la santé que les simples jus?

  • 19 heures 58 minutes

    Les onglets de nos collaborateurs et le mot de la fin