•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche

Rattrapage du 24 mars 2020 : COVID-19, populations vulnérables et retraités rêveurs

Résumé

Marie Lambert-Chan, rédactrice en chef du magazine Québec Science, parle des groupes à risque dans le contexte de la pandémie de COVID-19; le neurologue Thien Dang-Vu se penche sur la question soulevant la possibilité que les personnes retraitées rêvent davantage que celles qui sont sur le marché du travail; et le journaliste Philippe Marois s'intéresse à la manière dont le système d'éducation québécois peut s'adapter à une interruption prolongée des cours et des classes.

  • 19 heures

    Bulletin réseau

  • 19 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Matthieu Dugal et ses collaborateurs

  • 19 heures 12 minutes

    Comment les gens souffrant de dépendance traversent-ils la crise du coronavirus?

    Une photo mettant en scène des drogues illicites.

    COVID-19 : la crise fragilise les groupes les plus vulnérables

    Si la situation actuelle reliée à la COVID-19 touche tout le monde, les personnes souffrant d'une dépendance – alcools, drogues, médicaments, jeux de hasard – sont particulièrement fragilisées. C'est ce que souligne Marie Lambert-Chan, rédactrice en chef de Québec Science, qui a discuté de cette réalité avec Didier Jutras-Aswad, chercheur et médecin spécialisé en psychiatrie des dépendances. Certes, les ressources actuelles sont en grande partie réorientées vers la lutte contre la COVID-19, mais il ne faudrait pas oublier la patientèle aux prises avec des problèmes de dépendance.
  • 19 heures 22 minutes

    Si les mesures se poursuivent, qu'arrivera-t-il avec l'année scolaire?

    Des élèves lèvent la main dans une classe.

    COVID-19 et retour en classe : les professeurs devront s'adapter

    Le système éducatif québécois peut-il absorber une interruption prolongée des classes, qui aboutirait, par exemple, à l'annulation de l'année scolaire en cours et à une reprise en août ou septembre? Chose certaine, ce sont surtout les professeurs qui devront s'adapter si un tel scénario se concrétise. C'est du moins ce qu'explique le journaliste Philippe Marois, qui s'est entretenu de ce sujet avec deux professeurs spécialisés en science de l'éducation, soit Stéphane Villeneuve, de l'Université du Québec à Montréal, et Christine Brabant, de l'Université de Montréal.
  • 19 heures 32 minutes

    Le chiffre du jour : 13

  • 19 heures 36 minutes

    Est-ce que nous rêvons plus à une certaine période de notre vie?

  • 19 heures 47 minutes

    Pourrait-on volontairement changer la trajectoire du Soleil?

  • 19 heures 57 minutes

    Les onglets de nos collaborateurs et le mot de la fin