•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche

Rattrapage du 17 fév. 2020 : Respiration nasale et décrochage scolaire

Résumé

L'orthophoniste Agathe Tupula Kabola parle de l'importance de la respiration par le nez; Isabelle Plante, professeure au Département de didactique de l'Université du Québec à Montréal, se penche sur la question du décrochage scolaire; et le vétérinaire Jean Gauvin aborde l'empreinte environnementale des chats et des chiens domestiques.

  • 19 heures

    Bulletin réseau

  • 19 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Matthieu Dugal et ses collaborateurs

  • 19 heures 12 minutes

    Pourquoi est-il important de respirer par le nez?

    Une photo d'un nez prise de très près.

    Pour votre santé, optez pour la respiration par le nez plutôt que par la bouche

    « Il faut privilégier la respiration nasale », selon l'orthophoniste Agathe Tupula Kabola. Certes, respirer par la bouche est normal dans certaines situations, comme à la suite d'un effort physique, en période de stress ou lorsque les voies nasales sont obstruées en raison d'un rhume, mais la respiration buccale chronique peut entraîner de fâcheuses complications. Non seulement une telle habitude entraîne le fendillement des lèvres, l'inflammation des gencives et l'assèchement de la bouche, mais elle peut aussi provoquer des changements morphologiques au visage, des troubles d'articulation et des problèmes de sommeil.
  • 19 heures 21 minutes

    Quelle est l'empreinte écologique des chiens et des chats domestiques?

  • 19 heures 31 minutes

    La réponse à la question qu'on ne se posait pas

  • 19 heures 35 minutes

    Est-ce que c'est encore vrai que les garçons décrochent plus que les filles?

    Un garçon a de la difficulté au tableau.

    Le décrochage scolaire, une réalité où les stéréotypes de genre s'observent

    « Les idées qu'on a, les attentes qu'on a comme parents, comme éducateurs envers les garçons, comparativement [à celles envers les] filles, ne sont pas les mêmes. On a plein de constructions sociales comme ça », note Isabelle Plante, professeure au Département de didactique de l'Université du Québec à Montréal, en évoquant les idées préconçues et les préjugés collectifs entourant la scolarisation et le décrochage chez les jeunes. Pour illustrer son propos, elle explique que la société québécoise, encore aujourd'hui, attribue beaucoup plus de valeur sociale à l'obtention d'un diplôme chez les filles que chez les garçons.
  • 19 heures 49 minutes

    Quels sont les codes des réseaux sociaux?

  • 19 heures 57 minutes

    Les onglets de nos collaborateurs et le mot de la fin