•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche, ICI Première.
Moteur de recherche

Audio fil du mercredi 23 octobre 2019

Résumé

Matthieu Dugal et ses collaborateurs répondent à vos questions! : «Peut-on éviter la propagation de maladies pour contrer l'absentéisme?», avec Marie Lambert-Chan; «Qu’est-ce que nos comportements dans le métro disent de nous?», avec Maxime Boucher; Le chiffre du jour:3,7 millions; «Quelle est la différence entre vins bio, biodynamiques et nature? », avec Remy Charest; «Comment du plastique peut se retrouver dans la pluie? », avec Ève Christian

  • 19 heures

    Bulletin réseau

  • 19 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Matthieu Dugal et ses collaborateurs

  • 19 heures 12 minutes

    Peut-on éviter la propagation de maladies pour contrer l'absentéisme?

    Une personne se lavent les mains.

    Le lavage des mains, encore le meilleur moyen pour éviter les maladies au travail

    Pour éviter la propagation de virus et de bactéries en milieu de travail, il n'y a pas 10 000 solutions; le lavage fréquent des mains demeure le meilleur allié. Voilà ce que plaide Marie Lambert-Chan, rédactrice en chef du magazine Québec Science. Et celles et ceux qui seraient tentés de porter un masque protecteur pour se prémunir des maladies devraient revoir leur stratégie, car les avantages d'un tel geste n'ont pas été démontrés scientifiquement dans les espaces sont ouverts.
  • 19 heures 21 minutes

    Qu’est-ce que nos comportements dans le métro disent de nous?

  • 19 heures 33 minutes

    Quelle est la différence entre vins bio, biodynamiques et nature?

  • 19 heures 43 minutes

    Le chiffre du jour : 3,7 millions

  • 19 heures 46 minutes

    Comment du plastique peut se retrouver dans la pluie?

    Un garçon ouvre la bouche pendant qu'il pleut.

    Des microplastiques détectés dans la pluie et la neige

    On savait déjà que les océans étaient pollués par une quantité incroyable de plastiques de toutes sortes, mais il appert que des microparticules de plastique se retrouvent également dans l'eau de pluie et la neige. C'est du moins ce qui ressort de quelques analyses récentes qui ont été menées par des scientifiques au Colorado, en Arctique, en Allemagne et en France. La journaliste scientifique Ève Christian fait le résumé de ces études pour le moins inquiétantes.
  • 19 heures 56 minutes

    Les onglets de nos collaborateurs et le mot de la fin