•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Midi info, ICI Première.
Midi info, ICI Première.
Audio fil du mardi 15 mai 2018

Entrevue avec Alexandre Taillefer, président de la campagne du PLQ

Alexandre Taillefer arrive en politique avec « des convictions profondes »

Publié le 15 mai 2018
Alexandre Taillefer (à gauche) et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard (à droite)
Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a annoncé officiellement aujourd'hui (le 15 mai 2018) qu'Alexandre Taillefer présidera la campagne du Parti libéral du Québec.PHOTO : Radio-Canada

L'homme d'affaires Alexandre Taillefer s'est officiellement joint au Parti libéral du Québec (PLQ) mardi comme président de la campagne électorale en prévision du scrutin de l'automne prochain. Sans expérience politique ni racine au sein du parti, il admet que sa nomination à ce poste peut surprendre : « Philippe Couillard a fait un choix inusité, mais il a choisi quelqu'un qui a des convictions profondes. »

Il s’affaire déjà au recrutement des candidats, promet d’ajouter son grain de sel dans le contenu de la plateforme électorale et sera à bord de la caravane aux côtés du chef. « Je vais faire le tour avec M. Couillard. Les gens qui ont délaissé le PLQ dans les dernières années, je vais les convaincre de revenir dans un parti qui a des valeurs progressistes importantes », affirme Alexandre Taillefer.

Le nouveau président de la campagne libérale, Alexandre Taillefer

Radio-Canada

Si certains ont sourcillé quand il a utilisé le mot « progressiste » pour qualifier les prises de position du gouvernement, il rappelle que le salaire minimum a augmenté à un rythme beaucoup plus important que l’inflation au cours des quatre dernières années. « Aujourd’hui, on a la latitude requise pour pouvoir réinvestir dans les programmes sociaux », ajoute-t-il.

Le nouveau président de campagne ne cache pas son intention de faire éventuellement de la politique active : « Si je fais de la politique, ce sera désormais au PLQ. »