•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Midi info, ICI Première.
Midi info, ICI Première.
Audio fil du vendredi 23 février 2018

La mise à l'écart de Bombardier dans le REM : Entrevue avec François Pépin

Québec veut accélérer le remplacement des voitures du métro de Montréal

Publié le 23 février 2018
Le train AZUR de la STM sur les rails d'une station du métro de Montréal
Le train AZUR du métro de Montréal construit à l'usine de Bombardier de La PocatièrePHOTO : Radio-Canada / Karine Morin

Pour sauver des emplois à l'usine de Bombardier de La Pocatière, Philippe Couillard souhaite que la société de transport de Montréal (STM) devance sa commande de voitures de métro Azur. Sommes-nous en train de réparer les pots cassés par la perte du contrat du Réseau express métropolitain (REM)?

En entrevue, nous recevons François Pepin, président de Trajectoire Québec. La réaction du gouvernement surprend un peu M. Pepin. Rappelons qu’en 2014, la STM avait choisi de prolonger de 20 ans la vie des métros M-73 dans le but d’économiser de l’argent. L’intervention « arbitraire » du premier ministre du Québec pourrait coûter cher au gouvernement si celui-ci ne suivait pas les processus légaux. « Il faut prendre le temps de faire les choses comme il faut », rappelle M. Pepin, pour éviter les poursuites.

Mais alors, faut-il revoir le contrat de construction du REM? « C’est un sujet délicat parce qu’on sait que la Caisse [de dépôt] doit être indépendante, explique-t-il. Et une intervention gouvernementale ou politique dans la gestion de la Caisse [de dépôt], c’est parfois nécessaire [mais] souvent mal vu. » Toujours selon François Pépin, en tentant compte de ces considérations, le REM, « c’est surtout un projet financier, et non pas nécessairement un projet de transport ».