•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Affrontements à Québec : Entrevues avec un manifestant et un contre-manifestant

Alec Castonguay anime Midi info.
Audio fil du lundi 21 août 2017

Affrontements à Québec : Entrevues avec un manifestant et un contre-manifestant

Manifestations de Québec : tous les moyens sont-ils bons pour faire valoir son opinion?

Des manifestants anti-immigration et des activistes de gauche se sont affrontés dans les rues de la ville de Québec.
Des manifestants anti-immigration et des activistes de gauche se sont affrontés dans les rues de la ville de Québec, en fin de semainePHOTO : Radio-Canada / Maxime Corneau
Alec Castonguay anime Midi info.
Midi infoPublié le 21 août 2017

La violence utilisée par certains contre-manifestants opposés aux idées jugées d'extrême droite de La Meute, hier à Québec, suscite la polémique. Ces derniers ont marché dans le calme contre les politiques d'immigration du gouvernement fédéral. Michel C. Auger a interviewé les porte-étendard des deux camps; ils ont une vision bien différente des événements.

Le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette, refuse l’étiquette d’extrême droite et affirme que ses membres, bien qu’ils soient libres de faire partie d’autres groupes, sont triés sur le volet, sur la foi de leur profil Facebook principalement. « Ce n’est pas dans notre philosophie d’utiliser les armes ou la violence dans les manifestations, ou de quelque autre façon, pour répandre notre message », soutient celui qui en a contre le processus d’accueil des demandeurs d’asile du Canada. Il estime que son mouvement sort gagnant de la manifestation de la veille.

Le militant altermondialiste Jaggi Singh, qui n’a pas participé au grabuge à proprement parler, estime pour sa part que le porte-parole de La Meute cache ses réelles intentions, soit de « faire porter tous les problèmes de la société sur le dos des immigrants et des personnes vulnérables ». Il martèle que le recours à la violence s’avère parfois nécessaire pour contrer des propos qu’il qualifie d’extrême droite. « Des fois, ça prend des moyens que tout le monde ne trouve pas acceptables », persiste à dire Jaggi Singh.