•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'inquiétude grandissante des Haïtiens aux États-Unis

Les migrants haïtiens qui tentent d'obtenir le statut de réfugiés doivent s'armer de patience.
Les migrants haïtiens qui tentent d'obtenir le statut de réfugiés doivent s'armer de patience. PHOTO : Radio-Canada / Charles Contant
Publié le 4 août 2017

Près de 60 000 Haïtiens à qui l'on a octroyé le statut de protection temporaire (TPS) aux États-Unis vivront sous la menace de déportation après son expiration en janvier prochain. Farah Larrieux, Haïtienne de Floride, parle de l'angoisse de sa communauté par rapport à ce durcissement de la politique d'immigration américaine.

Présentatrice de télévision bien connue de la diaspora haïtienne aux États-Unis, Farah Larrieux juge sévèrement l'administration Trump et ses nouvelles mesures qui remettent en cause la vie de dizaines de milliers de ses compatriotes sur le sol américain.

« Ces décisions, c'est un crime contre Haïti, et cela aura des conséquences négatives sur le pays pour les 10 prochaines années. »
Farah Larrieux, présentatrice de télévision et dirigeante d'une agence de communications en Floride

Elle s'attend à ce que ce flux de migrants au Canada s'intensifie d'ici à janvier prochain, mais estime que cette situation n'est bonne ni pour les États-Unis ni pour le Canada. Elle regrette que beaucoup de ces Haïtiens doivent abandonner la vie qu'ils s'étaient construite depuis leur arrivée aux États-Unis.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser