•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Michel le samedi, ICI Première.
Michel le samedi, ICI Première.
Rattrapage du samedi 20 février 2021

Une boutique offre des produits qui n'existaient pas dans la région de Moncton

Combler le besoin de produits de beauté africains dans la région du Grand Moncton

Publié le 1 mars 2021
Leaticia Sikirra, portant une de ses perruques.
Leaticia Sikirra est la propriétaire de la boutique Besty Glamour Hair, à Moncton.PHOTO : Radio-Canada / Gracieuseté de Leaticia Sikirra

Depuis mai 2019, Leaticia Sikirra est propriétaire de la boutique Besty Galmour Hair à Moncton. Ce projet a été mis en place afin de combler le manque de boutiques africaines dans le Grand Moncton.

L’idée d’ouvrir une boutique lui est venue parce que plusieurs produits n’étaient pas facilement accessibles à Moncton et beaucoup de jeunes femmes africaines devaient commander leurs perruques et leurs produits pour les cheveux en ligne. Selon la jeune entrepreneure, il s’agissait d’une nécessité pour la communauté africaine grandissante à Moncton.

« Il y a de plus en plus de femmes d’origine africaine à Moncton et il y avait un gros manque de boutiques qui vendaient des perruques et des produits de beauté africains. Nous en comptions seulement une ou deux (boutiques) de ce type dans la région. »

—  Leaticia Sikirra

Toutefois, Leaticia Sikirra, qui est diplômée de l’Université de Moncton, précise que sa boutique ne vise pas uniquement une clientèle africaine. Elle souhaite vendre des perruques à des femmes atteintes d’un cancer ou de maladies qui engendrent la perte de cheveux.

Photo avant/après d'une des clientes de Leaticia Sikirra. Sur la photo de gauche, la cliente a très peu de cheveux et sur la photo de droite, elle porte une perruque.

À sa boutique Besty Glamour Hair, Leaticia Sikirra aide aussi des femmes atteintes d'un cancer ou de maladies engendrant la perte de cheveux.

Radio-Canada / Gracieuseté de Leaticia Sikirra

« Souvent, les perruques se vendent à un prix très cher. Mon but est de rendre ces produits plus abordables pour les femmes qui sont atteintes de maladies qui causent la perte de cheveux. C’est au-delà d’une vente dans ce cas, nous voulons aider les gens qui ont un problème de confiance lié à la perte de cheveux. »

—  Leaticia Sikirra

Mme Sikirra évoque que les gens ne doivent pas avoir honte de se procurer des perruques. Selon elle, ce sont des accessoires tout comme des vêtements ou des chaussures qui sont accessibles pour tous.