•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Michel le samedi, ICI Première.
Michel le samedi, ICI Première.
Rattrapage du samedi 22 août 2020

Maine/Madawaska  :  Bilan de 5 mois de fermeture de la frontière

Quand l’envie de voir nos proches côtoie la résilience

Publié le 22 août 2020
Panneau routier près de la frontière pointant dans la direction de Fort Kent.
Fort Kent, un village du Maine à la frontière du Nouveau-Brunswick.PHOTO : Radio-Canada / Bernard LeBel

Lise Pelletier habite à Fort Kent au Maine. Sa soeur, Colette Pelletier Langevin, vit à Clair au Nouveau-Brunswick, de l'autre côté de la frontière. Les deux femmes qui se rencontraient habituellement une fois par semaine au minimum ne se sont pas vues depuis la fermeture des frontières canado-américaines il y a plus de cinq mois.

En plus de sa soeur Colette, plusieurs membres de la famille de Lise Pelletier habitent aussi de l’autre côté de la frontière, entre autres sa fille et son petit-fils de six ans, dont elle s’ennuie terriblement. Bien qu’elle leur parle fréquemment grâce à Facetime, elle affirme toutefois qu’une relation virtuelle avec un enfant n’est pas l’idéal et qu’elle a bien hâte de pouvoir refaire partie du quotidien de son petit-fils.

« Quand nous sommes ensemble on devient comme enfant, on joue avec eux, on partage leur vie et c’est pas possible de réduire tout ça à une image sur un écran. »

—  Lise Pelletier

De son côté Colette Pelletier Langevin se considère chanceuse de pouvoir aller visiter sa fille qui vit à Bathurst, mais elle a tout de même hâte que toute la famille puisse être enfin réunie puisqu’en plus de Lise, elle a aussi un frère qui habite à San Diego, en Californie et une autre soeur qui vit à South Portland.

Une affiche montrant deux flèches indiquant les directions Canada/U.S.A

Les frontières entres le Nouveau-Brunswick et le Maine sont fermées depuis maintenant plus de cinq mois.

iStock

Toutefois, elle se dit consciente de la nécessité de fermer les frontières et comprend les décisions des gouvernements canadien et américain en ce sens.

Les deux femmes partagent de beaux souvenirs de leurs escapades des deux côtés de la frontière étant plus jeunes. Elles en ont discuté avec l’animatrice Janique LeBlanc, qui leur a aussi demandé ce que la pandémie a changé dans leur vie et celle de leurs proches.