•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La farine bio...et patrimoniale de la Seigneurie des Aulnaies

Même Fréquence émission Première Maude Rivard ICI Première
Rattrapage du mardi 25 janvier 2022

La farine bio...et patrimoniale de la Seigneurie des Aulnaies

La farine biologique et patrimoniale de la Seigneurie des Aulnaies, un produit d'exception

Un sac de farine sur un comptoir.
Un sac de farine de la Seigneurie des Aulnaies contient un voyage dans le temps.PHOTO : Radio-Canada / Allison Van Rassel
Même Fréquence émission Première Maude Rivard ICI Première
Même fréquencePublié le 25 janvier 2022

À la limite ouest du Bas-Saint-Laurent, la Seigneurie des Aulnaies produit à partir de son moulin banal ancestral des farines certifiées biologiques et sans agents de conservation, un produit d'exception fabriqué à partir de grains de producteurs agricoles à proximité.

Construit en 1845, le moulin patrimonial a été rénové fin 1970 et a retrouvé sa première vocation artisanale en 1980.

Cet été, les visiteurs pourront voir en action la roue à godets du moulin, la plus grande au Québec, après une longue reconstruction, explique André Anglehart, directeur général de la Corporation touristique de la Seigneurie des Aulnaies.

Chaque année, huit variétés de farine fabriquées sur meule sont distribuées en épicerie partout au Québec, pour une production totale d'environ 130 tonnes.

Ce qui caractérise notre farine est vraiment son goût particulier, raconte le meunier artisan Steve Beaulieu, qui est tombé en amour avec le métier il y a un an. L'homme assure aussi les visites d'interprétation du moulin.

Des démarches ont été entreprises pour inscrire le moulin au patrimoine immatériel québécois et pour mettre sur pied une formation afin d'assurer la relève des meuniers du Québec, un métier et un savoir-faire en voie de disparition.

dscf2916

L'engrenage du moulin à farine de la Seigneurie des Aulnaies.

Radio-Canada / Allison Van Rassel