•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le décret obligeant les travailleurs de la santé à être vaccinés fait réagir

Même Fréquence émission Première Maude Rivard ICI Première
Rattrapage du mercredi 8 septembre 2021

Le décret obligeant les travailleurs de la santé à être vaccinés fait réagir

Le décret obligeant les travailleurs de la santé à être vaccinés fait réagir

Une infirmière injecte un vaccin contre la COVID-19 dans une seringue.
Une infirmière prépare une injection du vaccin contre la COVID-19.PHOTO : Radio-Canada / Axel Tardieu
Même Fréquence émission Première Maude Rivard ICI Première
Même fréquencePublié le 9 septembre 2021

L'annonce par décret de Québec sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé dès le 15 octobre continue de faire réagir.

Des syndicats représentant des travailleurs de la santé craignent que la décision de placer les employés du réseau de la santé non vaccinés contre la COVID-19 en congé sans solde à la mi-octobre ne vienne empirer la pénurie de main-d'œuvre.

Au Bas-Saint-Laurent, où 90% des travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux avaient reçu deux doses de vaccins en date du 31 août, le Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires croit que le personnel qui refuse le vaccin pourrait plutôt être réaffecté à des tâches ne nécessitant pas de contact avec les patients. C'est ce qu'a expliqué en entrevue la vice-présidente responsables de relations de travail du Syndicat, Claire-Émilie Vignola.

De son côté, Philippe Lépicier, administrateur de l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires pour le Bas-Saint-Laurent, dit attendre plus de détails du décret qui sera adopté par Québec, mais il pense que l'ensemble des employés de pharmacie devront être vaccinés obligatoirement. Il estime que c'est la voix à suivre et dit avoir confiance que la grande majorité de ses collègues soient déjà pleinement vaccinés.