•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Même fréquence, ICI Première.
Même fréquence, ICI Première.
Rattrapage du mardi 1 décembre 2020

La situation dans les fermes de fleurs naturelles

Connaissez-vous les fermes florales?

Publié le 1 décembre 2020
Des fleurs fraîches cultivées et préparées par Catherine Brassard, de la ferme florale Les Effleurés, Rimouski. Les fleurs sont déposées dans un pot sur une table et le soleil les éclaire par derrière.
Des fleurs fraîches cultivées et préparées par Catherine Brassard, de la ferme florale Les Effleurés, Rimouski.PHOTO : Catherine Brassard

L'éclosion de fermes florales n'épargne pas le Bas-Saint-Laurent.

Ici, plutôt que de recevoir des fleurs produites ailleurs pour les revendre, on fait soi-même pousser les fleurs de la graine à la composition d'un bouquet qu'on vendra ensuite au marché public local, à côté des légumes des producteurs maraîchers.

Deux jeunes floricultrices, Maggie Beaulieu-Pelletier, de la Ferme Pastel à Grand-Métis et Catherine Brassard, de la ferme florale Les Effleurés de Rimouski, nous ont fait part de leur philosophie d'entreprise écoresponsable, inspiré du courant « slow flower » américain.

En fait, leurs histoires se ressemblent. L'une et l'autre travaillaient dans un tout autre domaine et ont décidé de risquer le tout pour le tout pour vivre leur passion agricole.

Nous en avons discuté avec elles.

Portrait tout sourire de Maggie Beaulieu-Pelletier de la Ferme Pastel, à Grand-Métis. Elle tient un bouquet de fleurs et on voit plusieurs autres corbeilles de fleurs fraîches à côté d'elle.

Maggie Beaulieu-Pelletier de la Ferme Pastel, à Grand-Métis.

Atelier Camion