•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La chronique santé mentale avec le Dr Jean-François De La Sablonnière

Même Fréquence émission Première Maude Rivard ICI Première
Rattrapage du mercredi 11 mai 2022

La chronique santé mentale avec le Dr Jean-François De La Sablonnière

L'individualisme est-il en progression?

Illustration montrant un personnage jaune sortir d'un groupe de personnages gris, faisant un pas décidé vers l'avant.
Le libertarianisme propose que l'individu se détache du collectif et soit responsable de lui-même.PHOTO : iStock
Même Fréquence émission Première Maude Rivard ICI Première
Même fréquencePublié le 11 mai 2022

Plusieurs estiment que l'individualisme est de plus en plus présent dans notre société. Dans quelle mesure ce phénomène peut-il nuire à notre santé mentale ? Maude Rivard a abordé la question avec le Dr Jean-François de La Sablonnière, médecin psychiatre au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Selon Dr de La Sablonnière, l’individualisme est la philosophie dans laquelle notre société vit depuis environ 200 ans.

Il est difficile de croire qu’un système social qui est ancré dans l’individualisme va favoriser l’épanouissement, fait-il valoir.

Il explique qu'avec les libertés individuelles vient le poids des responsabilités et de la performance. Les sentiments d’appartenance avec autrui, de transcendance, de collaboration et de vision de soi-même peuvent être ainsi écorchés.
Au contraire, l’appartenance à un groupe dilue le poids de la responsabilité.Ça nous donne le droit d’être vulnérables, ça nous donne un sens, mentionne-t-il.

« Il y a beaucoup d’écueils qui empêchent de s’épanouir dans un tel système libertarien. »

— Une citation de  Jean-François de La Sablonnière

La pandémie nous a poussés à repenser nos habitudes et notre participation à la société. On doit se mettre en action pour recréer les liens sociaux, conclut le médecin psychiatre. Il propose de s’impliquer davantage dans son milieu par le biais d’activités sportives, de bénévolat ou encore de comités.