•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le dîner des correspondants de la Maison-Blanche : Discussion

Médium large, ICI Première.
Audio fil du mardi 25 avril 2017

Le dîner des correspondants de la Maison-Blanche : Discussion

Dîner des correspondants de la Maison-Blanche : quand la politique rit

Jean-Philippe Cipriani et Julie Dufort au micro de Catherine Perrin
Jean-Philippe Cipriani et Julie DufortPHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande
Médium large, ICI Première.
Médium largePublié le 25 avril 2017

Cette tradition, qui remonte à 1924, est l'occasion de se moquer en public du président et de laisser ce dernier jouer les humoristes au nom de la liberté de presse. Au micro de Catherine Perrin, le journaliste Jean-Philippe Cipriani et la chercheuse et humoriste Julie Dufort relatent les moments marquants de cette tradition politique et expliquent pourquoi le dîner de cette année ne sera pas pareil dans l'absence du président Donald Trump, qui a tout simplement décidé de ne pas y participer.

« Ça a l’air banal comme événement, mais c’est un des plus importants à se dérouler à Washington, souligne Julie Dufort. Le souper est la partie à laquelle on a accès sur [le réseau télévisé] C-SPAN, mais en comptant toutes les fêtes qui ont lieu avant, après l’événement, avec les célébrités, les politiciens et les journalistes, ça dure plus d’une semaine. On peut se poser la question à savoir si c’est vraiment pour célébrer la liberté de presse, si c’est vraiment pour aider les futurs journalistes, parce qu’en fait, […] le président de l’Association des correspondants de la Maison-Blanche fait plus d’argent que ce qui est remis en bourse. On voit qu’il y a un décalage par rapport à ce que l’Association devrait faire. »

2006 : Stephen Colbert se moque de George W. Bush

Virage Reagan
« Cette forme de bien-cuit date de 1983, sous [Ronald] Reagan, qui avait un sens de l’humour assez aiguisé, souligne Jean-Philippe Cipriani. Deux ans plus tôt, il avait raté le souper parce qu’il y avait eu cette tentative d’assassinat contre lui. Je pense que c’est la dernière fois qu’un président avait raté ce souper. Trump [s’apprête à] répéter l’expérience. Mais on dit que c’est à partir de 1983 que c’est devenu très hollywoodien comme concept. »

2011 : Barack Obama se paie la tête de Donald Trump

Selon Julie Dufort, les blagues sur Donald Trump devraient être plus rares cette année : « On ne peut pas faire un bien-cuit dans l’absence de quelqu’un. C’est une des règles non écrites. Ce serait malhonnête de le faire. »