•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Médium large, ICI Première.
Médium large, ICI Première.
Audio fil du mardi 29 janvier 2019

Les politiciens dans les médias : Discussion

Les politiciens en service ont-ils leur place dans les médias?

Publié le 29 janvier 2019
La députée Catherine Dorion.
Catherine Dorion, députée de Québec solidaire, est maintenant chroniqueuse à la station FM 93, à Québec.PHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande

« Les élus devraient aussi pouvoir prendre la parole librement », dit Elsie Lefebvre. Sébastien Bovet constate que la présence des Catherine Dorion, Marlene Schiappa ou, par le passé, des frères Rob et Doug Ford à l'antenne relève d'un désir des politiciens de s'adresser directement à la population. Alain Saulnier rappelle que René Lévesque a déjà eu une chronique dans un quotidien. L'ancienne députée, le journaliste et l'ex-directeur de l'information à Radio-Canada parlent à Catherine Perrin des risques de telles présences dans les médias pour les diffuseurs, les partis et les journalistes.

« De tout temps, les hommes et les femmes politiques ont voulu faire passer leur message, souligne Alain Saulnier. Si on remonte plus loin dans l’histoire contemporaine du Québec, vous aviez des médias écrits qui étaient la propriété même de partis politiques. L’Union nationale était propriétaire de Montréal Matin. Il y a eu Le Canada, il y a beaucoup plus longtemps, qui était de la famille libérale. […] René Lévesque, [quand il] était le chef du Parti québécois, a tenu une chronique régulière dans Le Journal de Montréal. »

« On n’est pas en train d’assister à un nouveau phénomène. Le nouveau phénomène, c’est cette volonté de vouloir polariser le débat entre une Catherine Dorion et un animateur [comme] Sylvain Bouchard, du FM 93. »

—  Alain Saulnier

Sébastien Bovet révèle que l’arrivée de Catherine Dorion au FM 93 ne s’est pas faite sans heurt pour la station de Québec. « On a dit que c’était un formidable coup de marketing d’avoir Catherine Dorion à l’antenne du FM 93, que ça allait être payant, mais il y a eu un ressac, dit-il. Des auditeurs ont qualifié Sylvain Bouchard de communiste, de socialiste, [ont dit] qu’il ne devait pas donner du temps d’antenne à quelqu’un de gauche. Donc, il y a un danger, ici, pour le FM 93, qu’honnêtement je n’avais pas vu venir, de perdre certains auditeurs. »

Gare aux dérives

Elsie Lefebvre comprend les partis de s’inquiéter de la présence de rivaux à l’antenne, sans souci d’équité pour les autres partis. « C’est sûr qu’il y a une certaine dérive possible. Il ne faut pas trop s’inquiéter, mais il reste que le bureau de l’Assemblée nationale donne des règles strictes sur les droits de parole, affirme-t-elle. Tout est régi pour que le temps de diffusion soit équitable. On a là une tribune importante [pour Catherine Dorion] dans un média qui ne se veut pas juste purement local, mais qui a une portée régionale à Québec. Si, à TVA, à heure de grande écoute, un élu devenait coanimateur, ça donnerait un avantage indu. »