•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Yes Mccan, rappeur et comédien

Médium large, ICI Première.
Audio fil du mercredi 29 août 2018

Entrevue avec Yes Mccan, rappeur et comédien

La grande remise en question de Yes McCan

Jean-François Ruel, alias Yes McCann.
Yes McCannPHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande
Médium large, ICI Première.
Médium largePublié le 29 août 2018

« Je n'ai jamais eu une année aussi occupée, foisonnante et pleine de changements. » Après avoir joué l'un des rôles principaux dans la série Fugueuse, puis quitté le groupe Dead Obies en mai, Jean-François Ruel, alias Yes McCan, lance cette semaine son premier album solo, OUI (toute, tout, tout, toutttte). Il explique à Catherine Perrin qu'il n'a pas encore atteint la maîtrise souhaitée de son art.

« Je pense qu’on attire ce dont on a besoin et qu’on crée sa réalité », dit Yes McCan, qui estime que tout a déboulé lorsqu’on lui a proposé de passer une audition pour Fugueuse. « J’avais un succès certain en tant qu’artiste, mais ça restait limité aux confins de la culture underground, de la culture jeune, de la culture alternative ou aux gens qui suivent la musique. »

Un virage nommé Damien

Le fait de jouer le pervers Damien devant les yeux du Québec en entier l’a amené à revoir son plan de carrière. « Si tu n’as pas fait un travail d’introspection avant, ça force à le faire, affirme-t-il. Tout le monde veut savoir qui tu es, en quoi tu crois, où tu t’en vas, tout ça. Ça tombait à un moment où je ne savais plus, où j’étais en questionnement. Ça a accéléré tout ce travail d’introspection. »

Chante-la ta chanson

En solo, le rappeur apprivoise le chant : « La grande peine d’amour de ma vie, c’est de ne pas savoir chanter. Je ne suis pas né avec l’oreille et je n’ai pas la voix. »

Selon Yes McCan, ce premier effort solo n’est qu’un avant-goût des choses à venir : « J’ai l’impression que cet album a un pied dans ce que je faisais avant et un pied vers où je veux aller à l’avenir. Avant de réaliser l’album, je n’étais plus certain si je voulais faire de la musique encore, si je voulais continuer dans cette voie-là… C’était comme une période de questionnement. En terminant l’album, j’étais encore plus inspiré qu’au départ. J’ai comme le goût. Je pense que je suis bon pour encore minimum deux albums. Qu’on se le dise. »

Yes McCan donnera un concert de lancement le 14 septembre au Théâtre Rialto, à Montréal.