•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Médium large, ICI Première.
Médium large, ICI Première.
Audio fil du mercredi 25 avril 2018

2X2 : Marie Eykel et Danielle Proulx

Marie Eykel et Danielle Proulx : marquer le cœur des enfants

Publié le 25 avril 2018
Danielle Proulx et Marie Eykel au micro de Catherine Perrin.
Danielle Proulx et Marie EykelPHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande

En acceptant de jouer Passe-Partout et Cornemuse, il y a des décennies, ce sont plus que de simples rôles que Marie Eykel et Danielle Proulx ont pris. C'est une place de choix dans le cœur de générations de téléspectateurs, qui leur amène encore chaque jour des interactions inusitées et réconfortantes. Les deux comédiennes racontent à Catherine Perrin comment ces personnages ont changé leur carrière et leur vie, comment elles voient la télévision éducative ainsi que les générations qu'elles ont éveillées.

« On n’avait aucune idée. On avait des contrats pour quatre émissions à la fois. Les prévisions n’étaient pas extraordinaires », relate Marie Eykel à propos de l’avenir de Passe-Partout tel que l’équipe le voyait, en 1977. « Je trouvais que c’était bon, mais ça ne veut pas dire que ça va durer [quand] c’est bon. L’inverse est vrai aussi. Après un an, on a vraiment senti que ça avait [des répercussions] extraordinaires partout. On s’est mis, les trois comédiens, à recevoir des invitations pour rencontrer les enfants un peu partout à travers le Québec. On voyait des foules. On avait l’impression d’être les Beatles pour enfants. »

Danielle Proulx n’était pas aussi insouciante au début de Cornemuse, en 1998. « C’était la même équipe de concepteurs et de créateurs [que Passe-Partout], dit-elle. On se doutait bien que ça aurait un [effet], parce que Passe-Partout ne passait plus à ce moment-là. »

Marquées au fer rouge
Marie Eykel ne cache pas que le rôle de Passe-Partout l’a empêchée d’en décrocher d’autres : « Plein de gens ne voulaient pas me voir en audition, parce qu’ils disaient : "Ah, c’est Passe-Partout." Mais en même temps, ça m’a quand même ouvert bien d’autres portes et ça m’a permis de gagner ma vie, ce qui n’est pas le cas de tellement d’acteurs et d’actrices, alors je ne me plains pas. J’ai tellement reçu d’amour! Même encore aujourd’hui. Ce ne sont pas les enfants qui me reconnaissent, ce sont les parents. […] Les enfants voient une vieille madame. Alors, je dis : "Je suis la grand-mère de Passe-Partout." »

Comme Danielle Proulx était dissimulée sous l’épais maquillage de Cornemuse, c’est davantage par sa voix qu’on la reconnaît : « Très souvent, sur la rue, ce n’était pas les enfants comme les parents qui disaient : "Regarde, regarde, c’est Cornemuse!" L’enfant de 3 ans regardait sa mère en voulant dire : "Ben voyons donc!" Le parent me disait : "Dites-lui que c’est vous!" Je ne voulais pas briser la magie, alors je disais : "Ferme tes yeux", puis "Bonjour, mon petit trésor!" Tout d’un coup, je sentais qu’il me regardait. […]C’est compliqué à expliquer à un jeune enfant. »