•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Mieux comprendre le fédéralisme canadien

Graham Fox et Alain G. Gagnon répondent aux questions de Catherine Perrin au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal, le 26 mars 2018.
Graham Fox et Alain G. GagnonPHOTO : Radio-Canada / Mathieu Arsenault
Publié le 26 mars 2018

Deux chercheurs donnent à Catherine Perrin leurs points de vue, parfois contradictoires, sur le fédéralisme canadien. Le politologue Alain-G. Gagnon dénonce l'absence de préoccupations du gouvernement Trudeau en ce qui concerne plusieurs demandes des provinces. De son côté, l'analyste Graham Fox croit que le fédéralisme a permis au Québec de développer librement ses politiques sociales.

Au cours des dernières semaines, deux nouveaux centres de recherche sur le fédéralisme au Canada ont vu le jour. Lors de la présentation du budget fédéral à la fin février, l’Institut de recherche en politiques publiques a reçu une subvention du gouvernement fédéral pour créer un « centre d'excellence sur la fédération canadienne ». Quelques jours plus tard, le professeur de science politique Alain-G. Gagnon s'est vu confier la direction du nouveau Centre d'analyse politique sur la constitution et le fédéralisme de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Nos invités :
Graham Fox, président de l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP)
Alain-G. Gagnon, professeur au Département de science politique de l'UQAM et nouveau directeur du Centre d'analyse politique sur la constitution et le fédéralisme

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser