•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Alain Vadeboncoeur : Son livre Désordonnances

Médium large, ICI Première.
Audio fil du mardi 21 novembre 2017

Entrevue avec Alain Vadeboncoeur : Son livre Désordonnances

Un médecin défait les mythes sur la médecine et les superaliments

Alain Vadeboncoeur au micro de Catherine Perrin
Alain VadeboncoeurPHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande
Médium large, ICI Première.
Médium largePublié le 21 novembre 2017

Le public a trop confiance en des outils à l'efficacité non prouvée, comme les superaliments tels le curcuma et la canneberge. Accessoirement, notre société a exagéré l'importance des médecins en leur accordant des salaires démesurés. Ce ne sont là que quelques idées défendues par l'urgentologue, chroniqueur et acteur du mouvement Faut qu'on se parle Alain Vadeboncoeur dans son nouveau livre, Désordonnances. Il explique à Catherine Perrin que le seul usage de l'homéopathie est lié à son effet placebo.

Selon Alain Vadeboncoeur, il faut cesser de croire que des aliments comme le curcuma peuvent aider à guérir le cancer : « Il y a eu beaucoup de publications là-dessus. Il y a vraiment des effets biologiques sur les cellules, mais les études humaines [randomisées] et où vraiment on en donne… […] Ça n’a pas d’effet sur la santé – la santé pouvant se définir soit par vivre plus longtemps ou [par] vivre mieux. Est-ce que ça améliore vraiment l’état de santé? Non. Ce n’est pas mieux qu’une betterave, une pomme ou un brocoli. »

Les médecins surpayés
Il estime également qu’on devrait geler le salaire des médecins pour investir dans d’autres services qui contribuent autant, sinon plus, à la santé de la population. « C’est un problème de l’Amérique du Nord. Les médecins, ici, sont payés beaucoup plus qu’en Europe. Il y a un débalancement. Dans le livre, je dis : il y a eu une décision, voilà une dizaine d’années, de faire un rattrapage sur les médecins canadiens. C’est ce qui arrive depuis 10 ans. Je pense que c’est assez. […] C’est assez difficile de reculer dans ces trucs-là, mais on peut facilement stabiliser cela. »