•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Médium large, ICI Première.
Médium large, ICI Première.
Audio fil du mardi 4 juillet 2017

Démographie et tensions raciales aux États-Unis, selon l'experte Amélie Escobar

Le changement démographique aux États-Unis, un défi pour les Afros-Américains

Publié le 4 juillet 2017
Des représentants de la communauté afro-américaine pendant un rassemblement démocrate à Raleigh, en Caroline du Nord, en novembre 2016
Des représentants de la communauté afro-américaine pendant un rassemblement démocrate à Raleigh, en Caroline du Nord, en novembre 2016PHOTO : Getty Images / Jewel Samad / AFP

N'en déplaise au président Donald Trump, les États-Unis sont entrés depuis quelques années dans une ère de transformation démographique importante et cette mutation se poursuivra radicalement dans les années à venir, souligne Amélie Escobar, chercheuse à l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand. Par exemple, en 2060, la communauté blanche formera 43,6 % de la population américaine, alors qu'elle en représente actuellement 77,5 %. Les communautés hispaniques et asiatiques connaîtront une forte croissance démographique et ce sont les Afros-Américains qui pourraient être désavantagés par ces grands changements.

Si les couleurs de l’Amérique changent de façon assez importante au cours des prochaines années, le futur portrait démographique des États-Unis sera quelque peu alarmant pour la communauté afro-américaine.

Non seulement les Afros-Américains seront-ils moins nombreux que les représentants des communautés hispaniques et asiatiques, mais leur poids politique sera également dilué, fait remarquer Amélie Escobar.

« Il est vrai que leur pouvoir politique va être un peu mis à mal et il va falloir qu’ils se mobilisent [lors des élections], mais ce n’est pas la communauté qui va se mobiliser le plus pour les votes », note la chercheuse.