•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Médium large, ICI Première.
Médium large, ICI Première.
Audio fil du lundi 15 mai 2017

Les 30 ans de l'Association Emmanuelle : Rencontre

Adopter des enfants handicapés, un choix assumé chez certains parents 

Publié le 15 mai 2017
La directrice générale de l’Association Emmanuel, Catherine Desrosiers et Vincent Robichaud
La directrice générale de l’Association Emmanuel, Catherine Desrosiers et Vincent RobichaudPHOTO : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« C'est un choix de vie totalement assumé. Ce n'est pas toujours évident, mais quand Rose est fière d'un dessin ou quand Maxime vient se coucher en boule sur nous en riant, ça reste le plus beau moment du monde », confie Vincent Robichaud, qui a adopté avec son conjoint deux enfants ayant une déficience intellectuelle et physique. La directrice générale de l'Association Emmanuel, Catherine Desrosiers, explique à Isabelle Craig les défis qu'ont à relever ces familles adoptives.

De l’amour et non du courage

« J’ai commencé à travailler avec des personnes handicapées à l’âge de 17 ans, dans un camp de vacances. J’étais en cohérence avec la vie, avec l’univers »

—  Vincent Robichaud

Son contact avec des jeunes ayant une déficience intellectuelle l’a poussé à devenir une famille d’accueil pendant quatre ans. Son conjoint et lui ont ensuite pris la décision d’adopter un garçon de 6 ans ayant le syndrome du cri du chat (anomalie chromosomique) et une fille de 4 ans, atteinte de trisomie 21. « On nous dit souvent que nous sommes courageux. Pour moi, ce n’est pas du courage; on savait dans quoi on s’embarquait. Nous sommes très heureux de nos choix et nous ne regrettons rien », raconte Vincent Robichaud.

Un choix éclairé
Catherine Desrosiers, qui fête les 30 ans d’existence de son association, explique que les enfants ayant des troubles représentent le premier choix de certaines familles. Elle-même a décidé d’adopter un garçon ayant un handicap pour sensibiliser ses enfants biologiques à cette réalité

« Je trouvais que c’était vraiment un enrichissement pour mes enfants biologiques d’avoir un frère différent. Je vois toute l’influence que ça a eue dans leur parcours de vie et scolaire. Ça fait d’eux des êtres spontanément ouverts »

—  Catherine Desrosiers

L’Association Emmanuelle favorise le jumelage entre des parents adoptants et des enfants avec des incapacités physiques et mentales.

Le vidéo promotionel du lancement du portail sur l'adoption par l'Association Emmanuel