•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Anne Elizabeth et Jean-Marie Lapointe : nés avec le gène de l'empathie

Médium large, ICI Première.
Audio fil du jeudi 27 décembre 2018

Anne Elizabeth et Jean-Marie Lapointe : nés avec le gène de l'empathie

Faire le bien, une affaire de famille avec Jean-Marie et Anne Elizabeth Lapointe

Jean-Marie et Anne Elizabeth Lapointe
Jean-Marie et Anne Elizabeth Lapointe consacrent leurs vies à aider les personnes avec des dépendances à l'alcool, aux drogues et au jeu.PHOTO : Radio-Canada / Louis-André Bertrand
Médium large, ICI Première.
Médium largePublié le 27 décembre 2018

« Quand je me couche le soir, j'ai besoin de savoir que j'ai aidé quelqu'un. Savoir que j'ai fait une différence, pour moi, c'est important. » Accompagnée de son frère Jean-Marie, Anne Elizabeth Lapointe explique que l'empathie a été inculquée très tôt à sa fratrie par ses parents, malgré leurs problèmes de consommation.

Le frère et la soeur consacrent leur vie à aider les autres, notamment les personnes avec des dépendances à l'alcool, aux drogues et au jeu. « On est tous des êtres sensibles, les Lapointe. Ma tante était une missionnaire et on l’admirait. On a eu une éducation dans la sensibilité envers l’autre. »

Les problèmes de dépendance des parents Lapointe ont teinté le parcours d’Anne Elizabeth et de Jean-Marie. Leur mère n’a pas survécu à son alcoolisme; elle est décédée à 49 ans. Leur père, Jean, est parvenu à s’en sortir et a fondé une ressource pour aider ceux et celles qui ont des problèmes de dépendance. « De voir quelqu’un faire quelque chose de bien avec sa souffrance, c’est admirable », estime Anne Elizabeth, faisant référence à son père.