•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La supériorité du Stradivarius, un mythe

Le violoniste américain David Aaron Carpenter joue d'un Stradivarius fabriqué en 1719 et mis aux enchères en 2014 à New York
Le violoniste américain David Aaron Carpenter joue d'un Stradivarius fabriqué en 1719 et mis aux enchères en 2014 à New YorkPHOTO : Getty Images / BERTRAND GUAY
Publié le 16 mai 2017

Des chercheurs de la Sorbonne ont déterminé que les préjugés étaient responsables de la qualité du son attribuée aux violons Stradivarius. Des tests à l'aveugle ont permis de conclure que lorsque les sujets ne connaissaient pas la marque de l'instrument joué, ils préféraient généralement le son des instruments modernes. Cela prouve que ce n'est ni le bois, ni le vernis ou le temps qui confèrent la magie au Stradivarius, mais bien la réputation de l'instrument. Renaud Manuguerra-Gagné, journaliste scientifique, rend compte de cette étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) (Nouvelle fenêtre).

Il est également question de jambes mécaniques pour protéger les personnes âgées des chutes et de la hausse des cas d’infection parasitaire en Occident à cause des sushis.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser