•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Médium large, ICI Première.
Médium large, ICI Première.
Audio fil du vendredi 21 avril 2017

Vins avec Élyse Lambert : Deux suggestions, 1ère partie

Un rouge abordable et un nouveau rosé à déguster, selon Élyse Lambert

Publié le 21 avril 2017
Céleste le chien pose fièrement avec les choix de la semaine d'Élyse Lambert.
Céleste le chien avec les choix de la semaine d'Élyse LambertPHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande

Les rosés nouveaux sont à nos portes, selon la seule Master Sommelier canadienne. Même si dame Nature ne collabore pas, rien n'empêche de déguster ces vins généralement associés aux beaux jours. Elle a choisi un arrivage tout neuf issu de Provence, mais aussi un vin rouge portugais. Élyse Lambert présente à Catherine Perrin ses choix de la semaine.

Les choix d’Élyse Lambert
- Les Béatines 2016 (France) (Nouvelle fenêtre), code SAQ : 11232261, prix : 20,95 $
- Lavradores de Feitoria 2015 (Portugal) (Nouvelle fenêtre), code SAQ : 11076764, prix : 15,45 $

Ultrafrais
« Ça va probablement entrer dans mes favoris et dans mes valeurs sûres, dit Élyse Lambert au sujet du vin Les Béatines. C’est un rosé qui est ultrafrais, […] qui sent la fleur de pommier, des notes d’abricot… C’est frais, c’est très tendu. » Elle recommande de le servir avec une salade de tomates ou une guédille de crabe. Toutefois, il vaut mieux faire vite pour s’en procurer, car il ne restera pas longtemps sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Rapport qualité-prix idéal
« Avec des vins d’entrée de gamme, […] on perd un peu la notion d’identité du cépage. Ici, on a un produit qui, à mon avis, a sa pleine identité, note-t-elle à propos du Lavradores de Feitora. Il y a des notes de fruit noir, de bleuet. On pourrait avoir l’impression que c’est du porto. Vraiment, c’est du fruit, du fruit et du fruit. À ce prix-là, on ne peut pas demander mieux. »