•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Pareil pas pareil... se faire livrer son repas, avec Frédéric Choinière

Médium large, ICI Première.
Audio fil du mercredi 15 mai 2019

Pareil pas pareil... se faire livrer son repas, avec Frédéric Choinière

Applications de livraison de repas : les différentes réalités canadiennes

Une main tenant une téléphone cellulaire qui affiche l'application Uber Eats.
Interface de l'application du service Uber EatsPHOTO : Radio-Canada / Nicole Germain
Médium large, ICI Première.
Médium largePublié le 15 mai 2019

À Montréal, à Toronto ou à Vancouver, les gens affamés peuvent compter sur au moins une demi-douzaine d'applications servant à se faire livrer un repas. En Saskatchewan et au Manitoba, seuls trois services sont accessibles, et ce, uniquement dans les principales villes de la province. Dans le Bas-du-Fleuve québécois et au Yukon, par contre, ces plateformes ne sont pas accessibles du tout. En Colombie-Britannique, une première entreprise canadienne tente de faire sa place dans un monde dominé par Uber Eats et Foodora : SnapGrab. Frédéric Choinière décrit à Catherine Perrin le paysage bien différent, d'une province à l'autre, des plateformes de livraison de plats.