•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Neurosciences avec Sonia Lupien

Médium large, ICI Première.
Audio fil du mardi 7 mai 2019

Neurosciences avec Sonia Lupien

Le faux lien entre les appareils intelligents et le stress

Gros plan sur les mains d'une personne manipulant une téléphone intelligent.
L'utilisation d'appareils intelligents ne favoriserait pas directement le stress, selon une étude québécoise.PHOTO : iStock
Médium large, ICI Première.
Médium largePublié le 7 mai 2019

Ce n'est pas l'utilisation des appareils intelligents qui stresse les gens, mais plutôt les gens stressés qui ont tendance à utiliser leurs appareils intelligents comme outil de gestion du stress. C'est ce que conclut une étude québécoise, qui a observé que les gens rapportant beaucoup de stress n'utilisaient pas plus leur cellulaire que les gens se disant peu stressés. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin que les gens stressés tendent à se servir de leur appareil pour obtenir du soutien social.

Selon Sonia Lupien, le mythe du cellulaire en tant que cause du stress remonte à une campagne de l’American Psychological Association dans la foulée du lancement de l’iPhone, en 2007. « Un premier sondage [a démontré] qu’à travers le temps, le stress augmentait rapidement, particulièrement chez les jeunes millénariaux, indique-t-elle. Ça n’a pas été long pour que certains chercheurs fassent 1 + 1 =2 […] en disant que c’est l'iPhone qui menait à cette augmentation du stress chez les jeunes. »

« On a souvent l’impression qu’on peut faire deux tâches en même temps. C’est faux. […] On doit désengager notre attention de la première tâche pour la réengager dans la deuxième. Si vous pensez que vous êtes meilleur que votre cerveau, vous avez tort, et il y a un prix à payer pour ça. »

— Une citation de  Sonia Lupien

Le téléphone comme outil de relaxation?

Une nouvelle étude de Danie Majeur contredit les conclusions des chercheurs inquiets. « Ce qu’on observe, c’est que les gens très stressés n’utilisent pas plus leur cellulaire [que les autres], affirme Sonia Lupien. Ils sont bien sûr plus nomophobiques [ils craignent d’être séparés de leurs téléphones intelligents], mais ce qui est intéressant, c’est qu’ils utilisent leur cellulaire beaucoup plus pour des raisons hédoniques. »

« L’hypothèse de Danie, et elle est pas mal bonne, c’est qu’on ne devient pas stressé parce qu’on utilise plus son cellulaire; on utilise son cellulaire quand on est très stressé parce que ça devient un bel outil pour gérer son stress. »


Il est également question de la télésérie britannique Black Mirror.